L’homme, le succès et la spiritualité

 

le succès et la spiritualité
L’homme, le succès et la spiritualité

J’aborde dans cette allocution la problématique de l’homme, le succès et la spiritualité. Pour cela je voudrais commencer mon analyse en précisant que le premier avantage de la connaissance c’est la libération des chaînes de notre ignorance, destin, avenir, succès, bonheur. J’ai tenu à partager avec mes lecteurs dans mon premier ouvrage la connaissance des lois spirituels du succès tout au long de la première partie. Ceci pour les amener à vivre une vie de spiritualité car celle-ci conditionne le materiel. Mais avant d’aller plus loin apportons des réponses à quelques questions importantes.

Quelle différence y’a t-il entre la religion et la spiritualité ?

Pour comprendre la différence entre ces deux concepts, il est important de les connaître. La religion est un système de croyance en un seul dieu (ou des dieux), ce qui implique le culte et suivre les rituels et la conduite éthique dans la pratique du bien. La spiritualité est un ensemble de croyances, d’attitudes et de pratiques qui cherchent à transcender et atteindre le monde spirituel sans règles bien définies. La spiritualité tente d’atteindre le bien-être intérieur, l’amour proféré par Dieu (ou des divinités) à travers la connaissance de l’âme humaine.


https://www.wemystic.fr/

La religion est-elle dogmatique et la spiritualité libre ?

Dans les religions, il y a un ensemble de croyances qui sont considérées comme des vérités révélées par le Divin. En suivant les dogmes de la religion – comme la croyance en l’existence de Dieu, le baptême, la rémission des péchés, l’existence du paradis et l’enfer, etc. – les fidèles se rapprochent de Dieu et du Bien. Croire aux dogmes et suivre les rituels de la religion (aller à l’église, faire baptiser les enfants, se marier et de suivre les lois de la religion prophétisées dans les livres saints) les fidèles entretiennent une bonne relation avec la divinité en qui ils croient.

Pour la spiritualité, l’on trouve ses propres moyens d’entrer en contact avec la divinité en qui l’on croit, de façon à retrouver la paix intérieure. Tous ceux qui cherchent à développer leur spiritualité font des actions dans le but de se rapprocher du divin. Il n’existe ni de règles à suivre ou ni de méthodes bien définies, l’idéal est la recherche du bien-être physique, spirituel et la transmission des actions du Bien.

Enfin, l’objectif est le même : se rapprocher de Dieu (ou des dieux, des divinités) et faire le bien, mais la religion montre ses règles et les moyens de rendre cela possible et la spiritualité demande que l’on trouve son propre chemin, celui qui lui semble le plus approprié. Aucun des deux concepts ne prime sur l’autre, car certaines personnes se sentent plus proches du bien et de Dieu à travers la religion, et d’autres personnes, par contre, s’adaptent mieux à la liberté de la spiritualité.

https://www.wemystic.fr/

Les points communs entre la spiritualité et religion

Ce sont des voies qui conduisent l’homme vers la divinité à l’origine de l’existence sur terre. Elles impulsent la recherche de la connexion à la source pour vivre en harmonie avec l’ensemble de la création. L’homme n’étant qu’un élément d’un vaste ensemble interconnecté. Pour cela deux démarches nous sont proposées : la spiritualité de culte ou la spiritualité de culture.

La spiritualité de culte

C’est l’attitude de ceux qui pensent que comme il y a un Dieu qui aime la louange alors il faut aller dans les temples ou lieux de culte pour le louer, l’adorer afin de recevoir de lui la bénédiction en retour ; bénédiction qui apporterait le bien-être, la santé, la richesse, le succès. C’est ce groupe de personnes qui peuple en grande partie les églises, les mosquées, les sectes, les temples. Et comme c’est à Dieu qu’appartient toutes choses ; l’or et l’argent y compris, ils s’adonnent à la prière espérant une rétribution en retour.

Cette approche entraine le manque de confiance en soi, la paresse et l’inertie. Elle encourage la contemplation, l’attente, l’espérance que le bonheur ne nous viendrait que d’en haut ce qui est contradictoire avec la parole de Dieu qui dit : tu mangeras à la sueur de ton front. Oui Dieu a créé l’homme en lui donnant le pouvoir de créer lui-même son propre bonheur. Je ne m’y attarde pas trop car nous traiterons dans la deuxieme partie de mon second ouvrage de questions relatives à la création de l’homme mais l’homme doit se battre pour créer lui-même son propre bonheur la prière étant juste la causerie avec le divin.

Si nous considérons ces lieux cultes comme des entreprises ayant à leurs têtes des gourous, il devient difficile voire même impossible d’y demeurer libre de faire ce que nous voulons, quand et comme nous le voulons et nous y épanouir.

La spiritualité de culture

La spiritualité de culture par contre vise à former l’homme dans le chemin de la divinité. Elle vise à réveiller le divin qui sommeille en lui afin d’impulser la création des valeurs. Elle vise encore à enraciner la culture et non le culte du divin en nous. Elle vise enfin l’émergence des hommes spirituels connectés à Dieu en lieu et place de ces fidèles suiveurs de gourous soit disant faiseurs de miracles ou détenteurs de tels ou tels pouvoirs. En réalité si chaque être humain réalise que Dieu habite en lui, que son corps est son temple et qu’il peut quand il le veut se connecter à lui, il n’aura plus besoin de quiconque pour faire des exploits.

Les indicateurs du manque de culture spirituelle

Le manque de culture spirituelle est perceptible dans notre monde aujourd’hui par le déclin de l’espérance de vie, la pauvreté, la maladie, la famine … c’est ce manque de culture qui nous fait tanguer au gré des situations et c’est là ou surfent les leaders religieux. Je ne suis pas ici en train d’interdire d’aller dans ces lieux mais je dis qu’ils doivent redevenir des lieux de communion fraternelle et de communion avec le divin ; les prêtres, imans et pasteurs étant redevenus des guides, des mentors : ceux qui connaissent le chemin et le montrent aux autres. Oui leur rôle est de montrer le chemin car ce n’est pas en collectant les impôts de Dieu qu’ils sont devenus le chemin la vérité et la vie.

L’homme, le succès et la spiritualité

Les hommes d’aujourd’hui et de demain doivent cultiver une vie de spiritualité pour que la relation avec le divin qui vit en nous devienne une activité de tous les instants. C’est alors que nous serons comme lui. Etre comme Dieu nous donne la possibilité de déplacer les montagnes de notre vie, de calmer les tempêtes de nos situations, de créer la vie de nos rêves. 

Mais si au lieu de suivre ce conseil nous persistons dans la spiritualité de culte, nous demeurerons de simples membres d’églises qui attendent la bénédiction à la fin du culte ou de la messe pour dire je reçois en espérant que l’ayant reçue celle-ci pourra nous accompagner tout le long de notre vie. Ce qui est une aberration car la vie spirituelle ne se soustraite pas et dans notre relation avec le divin il n’y a que nous et lui les autres n’étant que des guides, des conseillers, des mentors comme nous l’avons déjà dit plus haut.

La spiritualité et les leaders religieux

J’entends par leader religieux ceux qui sont à la tête des institutions ou entreprises et se sont donnés pour mission d’amener les hommes à Dieu. Certains ont reçu l’appel du divin et la formation nécessaire pour cette mission. Ayant eu l’opportunité de collecter les impôts de Dieu, ils ont tendance à confondre le rôle qu’ils se sont donné : celui de montrer le chemin qui mène à Dieu. A force d’être dans ce rôle, ils se sont pris pour Dieu. C’est cette autoglorification qui se voit dans les chaines de télévisions religieuses et publicitaires, sur les affiches, banderoles, plaques portant les noms, photos et titre de ces leaders. Le Christ de dire le plus grand doit servir.

Ce que je condamne ce sont ces espèces de gourous qui se font appeler pasteurs, pères, apôtres, prophètes, maitres… et qui pensent avoir l’exclusivité de l’écoute et de la parole de Dieu et estiment pour cela avoir le droit de se comporter comme intermédiaire entre Dieu et le reste des fidèles venus chercher la voix de Dieu. Ces gourous qui s’érigent en super tout en profitant pour assujettir, asservir et avilir leur sujet pour se faire glorifier et élever ne sont que des imposteurs. Le christ le maitre par excellence de dire : celui qui veut être le plus grand devienne d’abord le serviteur.

Le succès definition

D’après le dictionnaire Larousse, le succès est un résultat heureux obtenu dans une entreprise, un travail, une épreuve sportive ou toute autre activité. Effectivement, lorsque nous nous fixons un but, qu’il soit d’ordre professionnel, personnel ou pour le plaisir, nous le faisons toujours avec l’espoir d’une issue heureuse. Si l’issue est malheureuse, nous dirions que nous avons échoué ; par conséquent le succès est le contraire de l’échec. Et selon l’importance de notre succès, nous nous sentirons fiers de nous et les autres nous féliciteront. Parce que le succès nous rend fier de nous et heureux, nous pouvons alors le redéfinir comme le fait de faire ce qui rend notre entourage et nous heureux.

vers un monde meilleur: les lois du succès

Le succès est-il notre destiné?

Nous pouvons répondre avec certitude par l’affirmative, car Dieu en nous créant a formé pour nous des projets de bonheur. C’est pour cela qu’avant de faire venir l’homme à l’existence, il a d’abord pourvu à tous ses besoins en emménageant un magnifique jardin en Éden ; et en dehors du jardin il a organisé l’univers, les galaxies de sorte que toute l’œuvre de la création soit parfaite. Quand nous regardons autour de nous et contemplons la nature, toutes ces belles choses qu’elle contient sont l’œuvre de l’Eternel, et sont là pour notre épanouissement sur terre.

vers un monde meilleur: les lois du succès

La clé du succès est donc?

vivre une vie de spiritualité
l’homme, le succès et la spiritualité

La clé du succès n’est que l’homme, le Succes et la spiritualité de culture. Dans notre monde en pleine mutation, la clé pour réussir est de cultiver une vie de spiritualité pour apprendre avant d’enseigner, pour servir avant d’être servi, pour élever avant d’être élevé, pour aimer avant d’être aimé : voilà le monde meilleur que je vous propose, voilà la vie que vous devez vivre. La question est : est-ce que l’homme d’aujourd’hui est-il prêt à suivre ce chemin ? Est-ce qu’il est même conscient de ce qu’il est ou vaut ? Je vous propose pour en savoir plus sur l’homme, le succès et la spiritualité de visiter mon site.

2 réflexions sur “L’homme, le succès et la spiritualité”

  1. William HEUTCHOU

    Très intéressant exposé par lequel l’auteur s’efforce à aborder des sujets dont la combinaison relève de la complexité existentielle… L’être humain dans son essence et dans la connaissance par lui-même de son essence, en relation avec les dimensions métaphysiques de l’univers, fonde les schèmes d’une aspiration incessante vers l’accomplissement de soi, l’expérience du transcendant, et l’élévation de l’âme (mieux, de l’esprit)…
    N’est-il dont pas aisé de dire que l’excellence holistique n’est point atteignable sans harmonie entre les entités micro-cosmiques que nous sommes et les reste des éléments matériels et immatériels du cosmos, avec lesquelles nous partageons la même genèse? L’existence ne serait-elle pas plus reluisante si l’homme arrivait à se départir de toute pesanteur qui l’empêche de renouer une synergie ontologique avec le Divin? Et si tout le monde y parvenait, n’aurions-nous pas recréer par ce fait la famille humaine originelle ? La spiritualité (positive) de culture est une piste qui nous propose une approche libre et convergente vers un axe commun: le Divin.

    1. Je me suis de coup coeur avec toi. Je crois qu’ensemble nous pouvons bâtir un monde de valeur.
      La spiritualité de culture n’est juste pas une piste mais la piste car pour que l’homme s’harmonise avec le divin, il doit cultiver une vie de spiritualité de tous les instants

Laisser un commentaire